"Par conséquent, celui qui entend mes paroles et les met en pratique sera comme un homme sage qui a construit sa maison sur le rocher. La pluie est tombée, les rivières ont débordé, les vents ont soufflé et sont tombés sur cette maison, mais elle n'est pas tombée, car elle était fondée sur le rocher "(Mt 7,24-29).

En janvier et février, les habitants de Nomadelfia ont pris le temps de s'arrêter et d'écouter la Parole de Dieu comme une information approfondie sur les documents de l'Église et les paroles et les écrits de Don Zeno, le fondateur. En effet, comme le prévoit leur Constitution, les Nomadelfi participent chaque année à 10 jours d'exercices spirituels. Même les enfants vivent cette expérience, selon les époques et les méthodes les mieux adaptées à leur âge. Pourquoi s'arrêter alors qu'il y a tant à faire? Pour comprendre les raisons de ce choix, il est utile de rappeler ce que Don Zeno a souvent répété: "Nomadelfia est un acte de foi!" C'est une vie entièrement basée sur l'Évangile, sur le Christ, un rocher sûr. Mais pour construire sur des fondations sûres, il est nécessaire de clarifier en soi. Il faut toujours revenir aux origines de sa vocation / appel de Dieu, renouveler de temps en temps ses motivations.

Nous le savons bien. La frénésie de la vie nous fait souvent perdre nos repères. Nous courons sans savoir où nous allons. Nous faisons mille activités sans nous rappeler pourquoi nous les faisons. Nous nous alourdissons avec beaucoup de choses, laissant de côté ce qui compte vraiment dans notre vie. Les Exercices Spirituels se veulent alors un chemin de nouveauté, de renouveau. Et tout cela, nous ne pouvons pas le faire seuls, mais laisser le Saint-Esprit entrer en nous.

Pour terminer ce processus de reconversion cette année, les Nomadelfi se sont rendus au Sanctuaire de Spogliazione, à Assise, où ils ont rencontré l'évêque, Mgr Domenico Sorrentino. Une rencontre très intense et imprévue, au cours de laquelle l'évêque a expliqué le sens du geste de François: le déshabillage et la remise au père Pietro de Bernardone de ce qui lui appartenait.

«Parce que les choses de ce monde sont aussi belles, elles viennent du Seigneur, mais quand nous les vivons mal, comme le père de François, ce sont des choses qui nous font pencher vers la terre. Au lieu de cela, François - les bras levés vers le ciel, vers le Père, une nouvelle liberté - s'éloigne des choses qui nous alourdissent et devient capable de planer comme un oiseau vers le haut. Se déshabiller signifie planer vers le haut et aussi devenir capable de réconciliation avec ses ennemis, avec les différents et même de réconciliation avec notre plus grand ennemi qui est la mort. Alors déshabille-toi pour en devenir un et c'est magnifique. "

Le sanctuaire du décapage a été inauguré le 20 mai 2017. Compte tenu de l'occasion, le pape François avait envoyé un message extraordinaire à l'évêque d'Assise, qui recueille deux invitations. Une invitation pour chacun à se dépouiller "plutôt que des choses, d'eux-mêmes, mettant de côté l'égoïsme qui nous fait périr dans notre intérêt et dans nos biens, nous empêchant de découvrir la beauté de l'autre et la joie d'ouvrir son cœur" ; une invitation pour l'Église à se dépouiller de "la mondanité en revêtant les valeurs de l'Évangile".

«Et nous - a souligné Mgr Domenico Sorrentino - avons réalisé un projet dans le diocèse qui n'est pas aussi beau et étroit que celui de Nomadelfia, mais cela nous aide parce qu'il veut renouveler les communautés chrétiennes en les faisant devenir un réseau. Beaucoup de petites familles spirituelles que nous appelons les familles de l'Évangile ».

La proposition est de créer dans les paroisses des groupes de frères et sœurs qui s'engagent à vivre la fraternité dans l'esprit des premières communautés chrétiennes: «être un seul cœur et une seule âme» (Actes 4:32).

Et "si les communautés sont renouvelées de cette manière et que les prêtres se renouvellent également de cette manière, de belles choses se produisent - a-t-il conclu - parce que rassembler l'Évangile et la fraternité est un mélange explosif pour le bien et le faire, parce que le monde a besoin de contre-bombes , qui sont des bombes d'amour, comme celle de Nomadelfia ".

La nouvelle de l'arrivée du pape à Nomadelfia le 10 mai fait partie de cette nouvelle voie. C'est une grande invitation à nous dépouiller de tout ce qui est de la superstructure dans nos vies en tant qu'individus, familles et personnes, pour être libres ensemble de la liberté des enfants libres de Dieu.