Ce fut la bénédiction de l'évêque de Rimini Francesco Lambiasi de commencer la danse sur la Piazza Adamello, une soirée accompagnée d'environ 800 personnes attentives et impliquées. "Là où deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis avec eux", a-t-il rappelé aux danseurs, pères et mères de Nomadelfia réunis derrière la scène avant le début du spectacle. "Je prie avec vous pour que les gens qui sont venus ce soir voient que vous n'êtes pas 50, 100 ou 130, mais que vous êtes un.».

Le message lancé sur les places à travers des danses, des vidéos, des chansons et des scènes récitées est un message fort. Il est possible de vivre en frères. Il est également possible aujourd'hui de vivre les valeurs de l'Évangile. La solidarité, le partage et la justice ne sont pas une utopie, mais il faut commencer par soi-même, sans attendre que les autres changent en premier.

A la fin de la soirée, c'est l'évêque qui a adressé le dernier salut de la scène: «Je voudrais vous dire à tous qu'ensemble nous avons apprécié ce magnifique spectacle ce qui se passe dans les coulisses. J'ai vu, Nomadelfia c'est ça mais c'est aussi tout derrière ... Il y a beaucoup de gens qui n'apparaissent pas ici mais qui sont dans les coulisses: les costumiers, ceux qui montent la scène, les lumières, le son et tout le reste. [...] Nous nous souviendrons longtemps de cette journée. La journée d'hier est passée et nous ne pouvons plus rien faire. Aujourd'hui nous a laissé ce beau signe, on ne brûle pas tout ce soir. C'est vraiment cette traînée de lumière qui commence à partir de Nomadelfia continue à éclairer notre chemin. Je vous salue par le salut scout: bon chemin à tous! ».

Pour renforcer une amitié qui avait déjà commencé avec Don Zeno, l'évêque quelques jours auparavant, il avait atteint le nomadelfi à Viserba engagé dans la tournée d'été et a passé une matinée ensemble.

"Il y avait un petit cœur qui avait été comme ça depuis sa naissance (il s'est contracté et détendu)", a-t-il commencé en demandant aux enfants la permission de raconter une histoire courte mais courte. «Le cœur est un muscle, il reçoit le sang des veines et l'envoie aux artères. Mais un jour, ce cœur s'est lassé de faire la même chose, même la nuit, tous les jours, même en vacances. "Mais assez! Ugh! J'étais fatigué! "dit ce cœur. "Je veux juste recevoir, parce que je suis fatigué de donner." Et en quelques secondes, il a reçu du sang de tout son corps, à tel point qu'il était sur le point d'éclater et a dit: «Non, non, non, non ... Je veux fermer la valve des veines et je veux seulement ouvrir la valve des artères. Je veux juste donner, donner, donner, ne plus recevoir. " Mais dans quelques instants, il n'avait plus le sang qui coulait de ses veines et pof, pof, pof ... était sur le point d'étouffer. Puis il a immédiatement rouvert la valve des veines en gardant les deux ouvertes et a dit: «Aahhh! C'est donc beau! Recevez et donnez. Recevez pour donner ». Jésus l'avait déjà dit: vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement ».