L'amour donne toujours la vie ", déclare le pape François à l'ouverture du cinquième chapitre d'Amoris Laetitia. Ces mêmes mots, tirés du Conseil épiscopal permanent, nous introduisent à la célébration de la Journée nationale pour la vie 2018, centrée sur le thème "L'Évangile de la vie, joie pour le monde".

Dans la réflexion des évêques italiens, il est rappelé que la vie est toujours un don, ce qui implique en même temps une grande responsabilité. De cette prise de conscience vient l'invitation à ne pas nourrir une culture fermée à la rencontre, une culture qui se manifeste "dans la recherche exaspérée d'intérêts personnels ou partisans, dans les agressions contre les femmes, dans l'indifférence envers les pauvres et les migrants, dans la violence contre la vie des enfants depuis la conception et des personnes âgées marquées par une extrême fragilité ».

La loi suprême de la nature humaine est le droit à la vie, à la liberté, donc à la dignité de chacun ", écrivait Don Zeno en 1956.

C'est à nous, chrétiens, de témoigner de l'Évangile de la vie et de la joie, sans beaucoup de mots, d'abord en vivant "avec un cœur reconnaissant la fatigue de l'existence humaine, sans naïveté ni référence illusoire", poursuit le message des évêques.

Le pape nous rappelle que «seule une communauté avec une ampleur évangélique est capable de transformer la réalité et la guérison de la tragédie de l'avortement et de l'euthanasie; une communauté qui sait se faire "samaritaine" en se penchant sur l'histoire humaine déchirée, blessée, découragée; une communauté qui reconnaît avec le psalmiste: "Vous me montrerez le chemin de la vie, la pleine joie en votre présence, la douceur infinie à votre droite" (Ps 16, 11) ".

L'amour pour la famille a toujours été vivant à Don Zeno, qui n'a pas négligé l'opportunité d'opérer, d'écrire et de parler pour défendre son unité et son importance sociale et ecclésiale déterminante. Face à l'expérience de milliers d'enfants issus de familles désastreuses, il a concrètement vérifié que la famille est un besoin véritablement irremplaçable et irrépressible pour l'homme. Fondée sur l'amour et ouverte au don de la vie, la famille incarne l'avenir de la société, car aucun avenir ne peut se construire pour l'homme que par elle.

La visite imminente du pape François à Nomadelfia, le 10 mai prochain, "est sans aucun doute une incitation à porter la proposition d'une vie fraternelle évangélique dans un monde qui semble toujours poussé vers l'individualisme" - a commenté Francesco di Nomadelfia, actuel président de la communauté. Aujourd'hui, les paroles du pape ressemblent beaucoup à celles de Don Zeno, qui en 1954 déclarait: «Mépriser une personne est un manque d'amour. Parce que chaque personne humaine est l'image et la ressemblance de Dieu, la créature de Dieu: celui qui frappe l'homme frappe Dieu ".