Le samedi 9 novembre, un représentant de Nomadelfia se rendra en Tanzanie pour évaluer les modalités de la présence d'un groupe de familles sur place pendant quelques années.

Les relations avec le monastère bénédictin de Mvimwa ont commencé en 2016 avec la visite de l'abbé Denis Ndomba à Nomadelfia. Fortement impressionné par l'expérience, il écrivit dans les jours suivants une lettre invitant Nomadelfia à une collaboration active avec les moines pour apporter la vie communautaire entre les familles chrétiennes liées au monastère. L'année suivante, une première délégation s'est rendue en Tanzanie. Quelques mois plus tard, le nouvel abbé Pambo Martin Angelica Mworke confirme la volonté de poursuivre la collaboration avec Nomadelfia et envoie une représentation du monastère pour quelques jours. «Nous sommes ravis de cette initiative. En signe de notre nouvelle page commune de vie et en signe de notre voyage ensemble sur cette terre. […] Les mots qui accompagnent nos cœurs sont SIMUL EAMUS = ALLONS ENSEMBLE ». En 2018, le nouvel abbé écrit en invitant la communauté de Nomadelfia et en s'assurant de sa disponibilité pour rendre certains environnements disponibles: "J'écris cette lettre avec conviction que ce projet est le plan de Dieu. Les Nomadelfi entament une période de réflexion et de prière qui les voit occupés jusqu'à la Pentecôte 2019. En mai de la même année, la visite de l'abbé Pambo à Nomadelfia est providentielle: "Je suis personnellement convaincu qu'il s'agit d'un plan de Dieu. [... ] Nous sommes dans les étapes d'un profond discernement ». L'invitation est d'exprimer son opinion, d'essayer de comprendre avant de prendre une décision, mais de tout remettre entre les mains de Dieu, car "Ce n'est pas nous qui décidons, mais le Seigneur qui a voulu cette voie et nous ne sommes que des outils pour porter sa volonté." Trois ans se sont écoulés depuis la première rencontre, il a fallu du temps et beaucoup de prière pour lire les signes du ciel. En juin 2019, les Nomadelfi réunis en assemblée ont répondu positivement à l'invitation du monastère. La décision unanime prise par l'ensemble de la population est pour nous la confirmation que nous sommes sur la bonne voie.

Don Zeno a écrit dans un dimidia hora à partir de 1938: «Dieu a ses heures. C'est un fait que dans la vie de l'apostolat, il ne faut pas perdre de vue. Et les heures de Dieu sont très claires pour l'âme qui sait attendre et agir dans la tranquillité de l'abandon. […] Devinez l'heure de Dieu et agissez en conséquence. Voici l'esprit exact de l'apostolat. C'est la seule façon d'être des cultivateurs experts dans la vigne du Seigneur ».

Cette nouvelle page commune de la vie s'ouvre aujourd'hui, une page vierge que nous voudrions écrire de la main du Seigneur. À ce moment important Nous vous demandons une aide particulière dans la prière, afin que ce chemin qui s'ouvre s'ouvre au bénéfice non seulement de Nomadelfia et de l'abbaye de Mvimwa, mais de toute l'Église et de toute l'humanité. Après tout, si c'est le Seigneur qui appelle, il ne faut pas trop s'inquiéter mais plutôt prendre soin de Lui et lui faire confiance, car vraiment nous ne sommes que des gardiens, les petits gardiens d'une grande proposition qui, quand on y pense, est avant tout une bonne promesse pour tous ceux qui veulent partir sur les traces de Jésus: "Comme toi, Père, tu es en moi et moi en toi, qu'ils soient aussi un en nous, afin que le monde croie que tu m'as envoyé".