"Paix à tous les peuples et à toutes les nations de la terre!" C'est le souhait du pape François à l'occasion de la 51ème Journée mondiale de la paix. «La paix, que les anges annoncent aux bergers la nuit de Noël, est une aspiration profonde de tous les peuples et de tous les peuples, en particulier de ceux qui en souffrent le plus. " Et compte tenu de la situation actuelle de nombreux peuples, les pensées et prières du pontife s'adressent à "plus de 250 millions de migrants dans le monde, dont 22 millions et demi de réfugiés", ou "hommes et femmes, enfants, jeunes et vieux qui cherchent un endroit pour vivre en paix ".

Nous nous félicitons de l'invitation à regarder le migrations globales non pas comme une menace, mais "avec un regard plein de confiance, comme une occasion de construire un avenir pacifique». «Nous sommes conscients qu'il ne suffit pas d'ouvrir notre cœur à la souffrance des autres. Il y aura beaucoup à faire avant que nos frères et sœurs puissent retourner vivre en paix dans un foyer sûr. Accueillir l'autre requiert un engagement concret, une chaîne d'aide et de bienveillance ".

Que pouvons-nous faire aujourd'hui?

Nous proposons un discours de Don Zeno lors de la "Soirée Nomadelfia" à Cervinia le 24 juillet 1976:

"L'humanité a besoin de justice. Nous vivons à une époque où il serait très possible de nourrir tout le monde, de faire un foyer pour tous: blanc, rouge, vert, de tous les continents. Nous pourrions faire tout cela. Au lieu de cela, nous sommes des barbares, pire que des barbares, nous sommes injustes. Ici ... et ici ça se passe très mal, car ce n'est plus une affaire de chrétiens et de non-chrétiens. Nous sommes tous ensemble devant ce tribunal, devant laquelle nous sommes poursuivis même maintenant. Parce que pendant que je parle, qui sait combien de millions et de millions de pauvres citoyens de la terre sont sans abri, sans famille, ils sont abandonnés et subissent toutes les souffrances imaginables possibles. Un seul citoyen du monde qui est sans manger, sans s'habiller, sans soin, condamne le monde entier. Un seul nous condamne tous ».

"Voulons-nous changer? Chacun de nous se change, est la seule solution. Ne vous disputez pas avec les autres, mais vous devez donner une vague au monde pour arrêter ces guerres, arrêter ces guerres, ces dangers. Qui peut les arrêter? Qui? Des politiciens? Ceux-là ne peuvent pas y arriver! C'est impossible! Nous sommes le peuple qui doit être prêt à donner un tel exemple de bonté et de justice sans armes et sans rien, la vague d'un peuple qui court vers la justice sauve le monde, enregistrez tout. Et nous aurons enfin la paix. Les gens qui attendent la paix des autres et du "haut" ne l'auront jamais ".