Avec cette méditation de Don Zeno, nous voulons réfléchir ensemble à la valeur de l'école et souhaiter à tous un bon début d'année scolaire!

«Ici, il s'agit d'apprendre à vivre non seulement en étudiant, parce qu'il y a des hommes qui ont étudié et fait du mal et beaucoup de choses. Vous voyez? Ils ont étudié et fait la guerre. Peut-on faire des guerres? « Non ». On peut étudier aussi longtemps qu'il veut, mais s'il fait ces choses ...

Il faut apprendre à vivre et, pour savoir vivre, il faut étudier la vie en vivant.

Est-ce suffisant de parler ou devez-vous même le faire? Ce n'est pas une école morte, mais une école vivante: cela signifie qu'elle fait des choses qui vivent. Un garçon doit apprendre à lire et à écrire, ça va; mais suffit-il de savoir lire et écrire ou faut-il aussi savoir vivre? Il faut savoir vivre et aussi lire, écrire car c'est aussi y vivre; donc ce n'est pas une école, mais une partie de la vie. La vie n'est pas tout ici, c'est aussi où vous allez manger et jouer; et quand vous allez à la messe, c'est aussi la vie. "

L'école de Nomadelfia trouve chez les pères et les mères les architectes naturels de l'école "familiale". La famille assume une fonction centrale. En fait, Don Zeno se souvient en 1971: «il ne s'agit pas d'école, aussi parce que l'école n'est pas le bon mot. Le bon mot est l'éducation, la formation, qui commence à l'autel quand un mariage est fait et se termine par la transition vers la vie éternelle».

La fin de tous les enseignements en bas est de "Se connaître et connaître ses besoins (qui sont les mêmes que ceux des autres êtres humains), afin d'être utiles à toute l'humanité".